Le 18 mars 1871, le peuple prend le pouvoir à Paris pour que vive la Commune !

18marsDurant soixante-douze jours, les communards jettent les bases d’une République sociale, démocratique et citoyenne. Elle commence dans la nuit du 18 mars 1871 à Montmartre. Thiers veut faire récupérer les canons de la garde nationale par l’armée. L’homme de garde, l’ouvrier maçon Germain Turpin, est abattu sans sommation. Le général Lecomte refuse qu’on l’envoie se faire soigner afin de ne pas éveiller l’attention de la population. L’évacuation des canons commence, mais se fait lentement, faute d’attelages.

Au petit matin, le comité de vigilance de Montmartre, où Louise Michel est de garde, est alerté et rejoint par le 61ème bataillon de la garde nationale. Les femmes de Montmartre, les blanchisseuses, les lingères, les ménagères, sont les plus nombreuses. Elles montent sur la butte, apostrophent les soldats. La fraternisation commence. Le général Lecomte, qui ne peut supporter cette situation, crie à la foule qu’il va tirer si elle ne s’éloigne pas. Mais la foule ne fuit pas et se jette au-devant des hommes en criant « Ne tirez pas ! ». Un fusil s’abaisse, puis deux, dix, cent. À trois reprises, le général tente de faire tirer. Les hommes refusent. La Commune commence !

Les événements de Montmartre sont appris par les Parisiens. L’insurrection est spontanée. Paris se couvre de barricades. L’armée évacue progressivement Paris. Les carrefours stratégiques et les bâtiments publics sont occupés. La Garde nationale entre dans l’Hôtel de Ville et hisse le drapeau rouge sur la façade. Dans la salle des conférences, les hommes du peuple, des ouvriers majoritairement, siègent dans un décor qui ne leur est pas habituel. La discussion est longue. À minuit, la lumière apparaît, le chemin est tracé. Des poitrines, sort ce cri unanime : « Vive la Commune ! ». Pendant soixante-douze jours, le peuple de Paris va vivre libéré de ses chaînes.

À nous de faire revivre cet immense espoir qui porte les valeurs de justice sociale et de démocratie dans notre monde dominé par le pouvoir de l’argent. Place au Peuple !


Appel de l’intersyndicale (CGT, FO, FSU et Solidaires)
Manifestation, mardi 18 mars 2014
10h00, Place des Carmes (devant le siège Michelin) à Clermont-Ferrand
pour une manifestation en direction de la Préfecture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *